La vie éternelle – Jeudi 2 avril

Nous compliquons souvent les réalités de la foi. Aujourd’hui, voici un petit rappel très simple.

Dieu est éternel ; il n’a pas eu de commencement, il sera toujours dans un éternel présent. Il n’a ni passé ni avenir : il est.

Pour l’homme, tout diffère. Il apparaît à un moment du temps. Avant, j’étais néant ; maintenant, je suis. Suicide, homicide, euthanasie, mise à mort ne pourront avoir raison de mon existence. Désormais je suis et je serai toujours ; mais je serai ce que j’aurai choisi d’être.

En me créant, Dieu m’a laissé(e) libre. Il me propose de vivre à son image et à sa ressemblance. Or, saint Jean définit Dieu comme étant l’Amour ; donc mon seul mode de vie raisonnable, si j’aime Dieu, c’est d’aimer.

Aimer la création que Dieu m’a confiée ; vivante ou inanimée, elle existe.

Mais surtout, il m’a donné des êtres à aimer, mes semblables. Pour être image de Dieu, je dois donc les regarder avec l’amour même de Dieu, tant pis si ceux-ci l’oublient ou l’ignorent, ce qui est fréquent.

À la fin de ma vie sur terre, quel qu’en soit le moment, si j’unis ma mort à celle de Jésus, je verrai la mort comme une venue vers lui et une entrée dans la vie éternelle (Cf Catéchisme de l’Église Catholique, 1020). Cette vie parfaite avec Dieu et les saints est appelée «le Ciel». Elle sera le résultat du choix que j’aurai fait pendant ma vie terrestre. Elle n’est pas une récompense, mais l’aboutissement de ce choix.

Prière :

Père très bon, en ton Fils bien-aimé, nous sommes hm frères ici-bas. Accorde-nous de vivre ensemble et toujours Tu nous as demandé d’aimer également nos ennemis, convertis leur cœur et le nôtre.