Tu répands le parfum sur ma tête – Lundi 23 mars

 (Psaume 22, 5)

À notre baptême, puis à notre confirmation, nous recevons l’onction du saint-chrême sur le front. Le symbole de l’huile parfumée exprime la présence de l’Esprit Saint qui vient en nous ; il nous donne la force nécessaire pour résister au mal et pour faire rayonner l’amour du Christ.

«Car nous sommes pour Dieu la bonne odeur du Christ, parmi ceux qui accueillent le salut comme parmi ceux qui vont à leur perte ; pour les uns, c’est un parfum de mort qui conduit à la mort ; pour les autres, un parfum de vie qui conduit à la vie..»

Nous, chrétiens, répandons ce parfum, là où nous sommes, là où nous allons dans le monde. A condition que notre vie soit réellement un témoignage de l’Évangile. Ce n’est pas toujours facile : les actes et les interventions d’un chrétien ne vont pas forcément dans le sens de la société occidentale actuelle.

L’une des armes du démon est le découragement. Alors, ne nous laissons pas accabler. Sainte Thérèse d’Avila disait que la sainteté, c’est de se relever très vite quand on est tombé et de repartir. Même quand on chute, le Seigneur nous dit : « Je t’aime encore plus qu’avant ». Il ne faut jamais perdre confiance dans l’amour du Seigneur. Le Saint-Esprit, qui demeure en nous depuis notre baptême, est là pour nous aider. Demandons-lui sa force et son odeur : il en est très généreux.

« Il me conduit par le juste chemin, pour l’honneur de son nom. Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure. »

(Psaume de David 22, 3b-4)