La lecture spirituelle (Lectio Divina) – Mardi 17 mars

Dans notre vie spirituelle et dans notre manière d’aimer, le découragement prend souvent la première place. Nous manquons de patience envers nous-mêmes, nous aimerions que Dieu exauce rapidement nos prières.

Le découragement est le signe que nous ne sommes plus centrés sur le Christ, mais sur notre condition humaine. Le Christ, lui, nous encourage, nous écoute, nous console. Il nous porte dans l’épreuve et nous soutient.

Alors, décidons de donner à Dieu quelques minutes de notre journée pour méditer l’Évangile ou les lectures du jour ; et pour bien le faire, suivons les conseils que Benoît XVI nous donne dans son exhortation Verbum Domini 11/11/2010 — N° 87.

  • Lire d’abord le texte et réfléchir : «Que dit en soi le texte biblique ? Sans cette étape, le texte risquerait de devenir seulement un prétexte pour ne jamais sortir de nos pensées.»
  • Puis méditer avec cette question : «Que nous dit le texte biblique ? Ici, chacun personnellement, doit se laisser toucher et remettre en question..» car le texte est toujours d’actualité.
  • «On arrive ainsi à la prière qui suppose cette autre demande : que disons-nous au Seigneur en réponse à sa parole ? La prière comme requête, intercession, action de grâce et louange, est la première manière par laquelle la Parole nous transforme.»
  • «Enfin, la Lectio Divina se termine par la contemplation, au cours de laquelle nous adoptons, comme don de Dieu, le même regard que Lui pour juger la réalité, et nous nous demandons : quelle conversion de l’esprit, du cœur et de la vie le Seigneur nous demande-t-il ?»

Prière :

Seigneur Jésus, dans une journée, combien de petits moments perdus ? Ne puis-je te consacrer, chaque jour, un temps de prière, de lecture spirituelle et de méditation ?